Le terme open source correspond à une licence de logiciel répondant à des critères précis dont voici les trois principaux :

  • libre redistribution
  • code source disponible
  • travaux dérivés possibles

Certains se contentent des deux derniers critères, certainement les plus importants. C'est pourquoi on trouve parfois des logiciels dits open source pour lesquels il faut acquérir une licence d'utilisation payante, à vie ou à renouveler.

Quoiqu'il en soit, l'immense avantage de ces outils est de permettre la modification de leur code source, contrairement aux logiciels "propriétaires". Le prestataire et son client sont, de ce point de vue, indépendants de l'éditeur. Il est d'ailleurs très fréquent (voire peut-être systématique !) de trouver pour un logiciel donné un ou plusieurs sites web autour desquels une "communauté" de développeurs s'est réunie pour partager les modules complémentaires ("extensions") réalisés par chacun d'eux.

Comme on obtient rarement le beurre et l'argent du beurre, les logiciels open-source non commerciaux ne bénéficient d'aucune garantie de bon fonctionnement : charge à l'utilisateur de s'en assurer en particulier s'agissant des extensions. On ne saurait cependant les taxer de "non professionnalisme" ; ils sont aujourd'hui adoptés par les plus grands comptes (un exemple parmi bien d'autres : danone.com a été réalisé à partir du CMS Joomla).

Autre atout et non des moindres : les compétences en logiciels et langages open source sont largement répandues. En cas de besoin, la reprise du projet par une autre équipe en est donc facilitée...