L'objectif de cette étude menée entre janvier et juin 2003 est d'apporter un éclairage sur les modes de "consommation" des enregistrements de musique classique par rapport à l'offre proposée. Elle n'aborde que brièvement les aspects spécifiques à la production de phonogrammes, pour se concentrer sur la rencontre entre le produit fini et le public, dressant un panorama grâce à des données secondaires (des études, articles de presse, entretiens avec des professionnels...) et des données primaires (un sondage auprès du public par l'intermédiaire d'un questionnaire ayant recueilli 234 réponses et d'entretiens individuels).

Le rapport d'étude (414 Ko) et les propositions (189 Ko) qui lui font suite sont disponibles au format PDF (à consulter avec le logiciel gratuit Adobe Reader).

Les analyses de nombreux professionnels et nos propres observations mettent en évidence :

  • une offre moins accessible, du fait de la concentration des points de vente et de la baisse du nombre de références disponibles
  • une offre peu lisible, en raison de la diversité des formats, versions et prix sans hiérarchie claire entre les différentes propositions, et peut-être aussi d'une relative dispersion des récompenses décernées par la presse
  • une offre peu promue, n'étant que peu présente sur les médias dits de masse, et assurée essentiellement par des programmes ou journaux s'adressant à des spécialistes
  • une remise en question du support CD, le marché du disque dit culturel étant sans doute affecté, comme le disque en général, par l'émergence de nouveaux formats et supports des enregistrements musicaux
  • un renouvellement incertain du public classique et une concurrence de plus en plus marquée entre la musique en général et d'autres formes de loisirs.

Le pessimisme causé par ces phénomènes peut heureusement être tempéré par l'apparition d'initiatives qui s'efforcent d'en contrecarrer les effets.

Le sondage auprès du public montre quant à lui :

  • une population variée et difficile à appréhender, tant dans ses goûts que ses comportements d'achat
  • au-delà des principales caractéristiques connues de tous (en particulier la forte proportion de "Parisiens CSP+"), des profils divers émergent comme les "exclusifs", les "éclectiques", les "musiciennes"...
  • une majorité de personnes éprouvent parfois ou souvent des difficultés d'approvisionnement et une disposition plutôt favorable envers la souscription, surtout chez les gros acheteurs
  • une soif de musique et d'information quasi-généralisée.
NB :
  • l'étude devait porter à la fois sur les musiques classique et jazz. Cependant les aspects spécifiques au jazz n'ont pas pu être intégrés pour des raisons de disponibilité
  • Etude réalisée par Julien Weyer et Etienne Ziller, documents rédigés par Julien Weyer - Institut des Métiers de la Musique, 2002-2003