Patrick Amiel sou­li­gne très clai­re­ment les rai­sons du rap­pro­che­ment crois­sant entre ces trois famil­les et quel­ques exem­ples récents : “M6 qui a racheté le site ecom­merce Mis­ter­Goo­Deal”, “Mee­tic qui a lancé un site édi­to­rial fémi­nin Vioo”… Il en existe tel­le­ment d’autres. Une fois n’est pas cou­tume, on peut s’amu­ser du Dieu Goo­gle décou­vrant que, fina­le­ment, l’affi­lia­tion et le e-com­merce pour­raient l’aider à ren­ta­bi­li­ser You­tube.
Comme si à terme, entre diver­si­fi­ca­tions, wid­gets, com­pa­ra­teurs, agré­ga­teurs, c-to-c et user gene­ra­ted con­tent, on aura tout, par­tout et par tout le monde. Brrr…

En 2004, le dis­tri­bu­teur Abeille Musi­que avait déjà com­plété son site mar­chand par un forum très actif et le web­zine Abeille Info. Une stra­té­gie encore plus ambi­tieuse a été déve­lop­pée avec qobuz.com, affi­chée on ne peut plus clai­re­ment à côté du logo.
Dans la cas de musi­ques spé­cia­li­sées, il est assez évi­dent que les leviers “con­tenu” et “com­mu­nauté” peu­vent géné­rer des ven­tes. A son heure de gloire, le prin­ci­pal web­zine et forum fran­co­phone con­sa­cré aux musi­ques pro­gres­si­ves voyait cer­tains par­ti­ci­pants deman­der - pres­que sérieu­se­ment - l’inter­dic­tion de leur adresse IP sur le ser­veur, tel­le­ment les échan­ges avec d’autres pas­sion­nés avaient fait explo­ser leur bud­get dis­que.

On peut même remon­ter l’his­toire du web jus­que avant Jésus-Christ (par­don, avant la géné­ra­li­sa­tion du Haut Débit) car dès l’an 2000, le livre “”Les nou­veaux mar­chands du net” évo­quait la “règle des 4 C” ! Le qua­trième C étant le Con­texte, qui serait obtenu en assem­blant les trois pre­miers pour “créer une réelle valeur et une expé­rience client suf­fi­sante pour atti­rer et fidé­li­ser ses clients”.

Pro­po­si­tion inté­res­sante, qui tou­te­fois n’enlève rien au fait que :

  • un site mar­chand peut être effi­cace sans Con­tenu édi­to­rial ni Com­mu­nauté
  • la ren­ta­bi­lité poten­tielle de ces deux C est gran­de­ment fonc­tion du… Con­texte de départ !

D’après Daniel Bro­che, “France Tele­com mélange les gen­res depuis des années et fait actuel­le­ment machine arrière. Pour­tant le por­tail Orange n’est pas le moins con­sulté de France… De même Mis­ter­Good­deal dis­po­sait d’une part de mar­ché avant son achat par M6. et je ne suis pas con­vaincu que sa crois­sance s’appuie sur les visi­teurs de M6.fr.”
Lors du débat “Pro­mo­tion musi­cale et nou­veaux médias” du 18 sep­tem­bre der­nier à Paris, Pierre-Eric Jacoupy - direc­teur du déve­lop­pe­ment chez Orange - indi­quait que la pla­te­forme Sound­tri­bes n’avait pas néces­sai­re­ment d’objec­tif de ren­ta­bi­lité mais plu­tôt en ter­mes d’image de mar­que et fidé­li­sa­tion.

Par ailleurs n’oublions pas que la pre­mière ten­ta­tive de vente de titres sur Mys­pace via Sno­cap en 2006-2007 a fait pschitt. Deuxième chance depuis sep­tem­bre 2008 avec le nou­veau Mys­pace Music et un cou­plage sans doute plus per­ti­nent entre écou­tes gra­tui­tes et affi­lia­tion avec Ama­zon MP3*.

Chez les e-com­mer­çants, même dans un con­texte favo­ra­ble (fon­da­men­taux mar­chands maî­tri­sés, espace con­cur­ren­tiel dis­po­ni­ble), un tra­vail impor­tant est à four­nir pour :

  • ani­mer et modé­rer une com­mu­nauté en lui don­nant du sens à long terme, ce d’autant plus que la dou­ble cas­quette “Epi­cier” et “Gen­til Orga­ni­sa­teur” n’est pas facile à gérer (cf. la fer­me­ture pure et sim­ple de l’ancien forum Abeille)
  • créer des con­te­nus de qua­lité.

Sur ce der­nier point, ceux sou­hai­tant créer un vrai maga­zine avec ligne et plan­ning édi­to­rial, rédac­teurs pro­fes­sion­nels…, auront inté­rêt à con­clure des par­te­na­riats avec des publi­ca­tions exis­tan­tes soit pour acqué­rir du con­tenu (cf. Qobuz - Groupe Express Rou­larta) soit au con­traire pour leur en appor­ter et béné­fi­cier en retour d’une visi­bi­lité sur le sup­port (web de pré­fé­rence !), voire d’une co-pro­duc­tion.


*le poten­tiel de vente de fichiers musi­caux reste incer­tain à terme, en par­ti­cu­lier sur une plate-forme plus “quanti” que “quali”, mais c’est un autre débat…