Lu sur le blog d'Elastic Path (fournisseur de logiciel e-commerce US) : une étude de cas sur un test A/B entre deux versions d'e-mail d'une offre promotionnelle chez Drs Foster and Smith (fournitures pour animaux domestiques).

Dans les deux versions du mail, un contenu commercial (un pack gratuit pour deux achetés) et un contenu "éditorial" (lien vers un article sur la protection contre les puces). La version A met l'accent de façon assez agressive sur la proposition commerciale, la B met cet aspect en mineur au profit du lien vers l'article. Le résultat est sans appel. La version B du mail entraîne une hausse de 7% du taux de clic, de 6% des conversions et de 15% des ventes (ce qui suppose aussi une hausse du panier moyen).

Comme toujours les conclusions d'un cas ne sont pas à prendre pour argent comptant. Les résultats de ce type de test sont bien entendu susceptibles de varier selon le secteur d'activité, l'offre proposée, le rédactionnel associé... Un e-marchand disposant d'un magazine en ligne n'aura pas forcément intérêt à mélanger les genres mais probablement au contraire, envoyer deux lettres d'informations distinctes, l'une "produits" l'autre "éditoriale".

Cependant la conclusion de l'article rappelle à juste titre que la vocation première d'un e-mail n'est pas de vendre, mais de susciter un intérêt (qui au minimum justifiera l'intrusion, même acceptée au préalable, dans la boîte mail). C'est à la page produit (ou la "page d'atterrissage si elle existe") qu'il revient de faire la vente. Plus d'explications sur getelastic.com.

Une autre information : il se confirme que les meilleurs jours d'envoi d'e-mailings sont en toute fin (ou tout début) de semaine, les taux de clics étant un peu supérieurs aussi bien en France (fin de semaine) qu'aux Etats-Unis (début).